Saisissez votre recherche

L’AIR QU’ON RESPIRE

YohannKIPFER Fév 21

20,00

On les appelle  » visiteurs de prisons « . Bénévoles, ils ont choisi de rendre régulièrement visite à des détenus qui en ont fait la demande. Ils ne sont ni la famille, ni l’aumônier, ni l’avocat. Interlocuteurs neutres, leur importance est à la mesure de la méconnaissance qui entoure leur démarche.
Portés par des convictions diverses, ils partagent cependant le même désir de pénétrer dans un lieu que la société tient à une opaque distance. Un lieu fantasmatique, radicalement clos, où des gens vivent, la prison.
De fait, les visiteurs sont des témoins privilégiés de l’univers carcéral, des passerelles essentielles entre le  » dedans  » et le  » dehors « .
L’air qu’on respire se nourrit de ces allers-retours et confronte paroles et gestes de visiteurs et de visités.

Catégorie :
Article précédent
Article suivant
libero elit. dolor sed consectetur pulvinar ipsum dapibus felis ante. eleifend